Le processus en trois étapes

Infographie Process GCO

1- Extraire le minerai

GCO réalise l’extraction du sable de dunes situées le long de la côte Atlantique, près de Diogo, au sein d’une concession de 106 kilomètres de long sur environ quatre kilomètres de large. Une drague baptisée « Yeene » (Espoir en Wolof), la plus grosse drague minière du monde, opère sur un bassin artificiel situé sur cette bande dunaire. Le tandem se déplace d’environ 8 km par an.

Longue de 50 mètres et large de 16,5 mètres, la drague dispose d’une capacité d’extraction sans équivalent : jusqu’à 7 000 tonnes de sables par heure. En permanence en activité, elle se déplace sur le bassin minier, en avant et latéralement. La lame rotative montée sur l’extrémité avant s’enfonce à une profondeur de sept mètres sous l’eau, tandis que le minerai est aspiré par la pompe principale qui mesure 1,2 mètre de diamètre.
Le choix d’outils industriels (drague, usine de séparation) d’une taille bien supérieure à la normale était la seule solution de rendre économique le gisement, du fait de sa faible teneur en sables minéralisés.

735 emplois directs et 1 000 indirects

Pour faire fonctionner ses installations, GCO compte 735 emplois directs et génère 1 000 emplois indirects, dont une grande partie est issue des communautés rurales voisines.

Les métiers sont très variés : mineurs, environnementalistes, IT, laborantins, mais aussi électriciens, mécaniciens, techniciens…
On y trouve aussi tous les métiers support pour le camp : restauration, lingerie…

Pourquoi y a-t-il des sables minéralisés ?

Pendant des millions d’années, des roches éruptives et métamorphiques situées sur le continent africain ont été altérées et érodées, tandis que des grains de quartz et autres minéraux (dont le rutile, le leucoxène, l’ilménite et le zircon) ont été lavés par de fortes pluies et les eaux vives des cours d’eau avant de gagner la mer. Les vagues ramenaient ainsi ces petits minéraux vers la plage. Les plus lourds s’y sont fixés, tandis que les grains de quartz plus légers sont repartis au large. La répétition de ce phénomène au cours de millions d’années a abouti à la création d’un grand dépôt de sables minéralisés sur la plage. A mesure que le littoral se déplaçait plus loin dans les terres, le dépôt s’est enfoui voire stabilisé sous forme de dunes noirâtres.

La frange minéralisée des sables de Diogo est d’une teneur inférieure à 2%, ce qui est bas et explique le choix d’équipements surdimensionnés destinés à rendre le gisement économique.

2- Préparer les produits minéralisés

Une fois extrait, le sable est transféré par un tuyau d’alimentation vers la plus grande usine de concentration humide au monde, la Wet Concentration Plant (WCP), qui est implantée dans le même bassin.

Le sable y fait l’objet d’une série d’opérations par des procédés physiques – sans aucun entrant chimique – au sein d’un pré-concentrateur flottant à cribles rotatifs, d’hydro-cyclones et de spirales. Ces opérations permettent de séparer les sables minéralisés en zircon, ilménite, leucoxène et rutile. Quant au rebu, le sable le plus léger, il est rejeté à l’arrière du bassin, où il est utilisé pour remodeler le paysage, au plus près de son état d’origine.

Le concentré de minéraux lourds obtenu est alors acheminé vers l’usine de séparation, la Mineral Separation Plant, (MSP), qui comprend elle-même différentes unités, chacune dédiée à un produit : zircon, ilménite, leucoxène et rutile… Différentes opérations y sont réalisées à haute température avant un tamisage et la séparation électrostatique et magnétique des produits.
Le site industriel est fourni en électricité par une centrale d’une capacité de 36 MW afin d’alimenter toutes les unités industrielles.

Le traitement des eaux

Résolument responsable, GCO fait de la préservation de la ressource en eau une priorité, aussi bien pour répondre aux besoins de ses installations industrielles que ceux des équipes au sein de la base-vie. L’entreprise dispose à cette fin de deux stations de traitement des eaux usées : un traitement biologique et un traitement naturel.
Conscient des risques liés à la santé publique, à la contamination de la nappe phréatique et de l’air, l’équipe du département Environnement sensibilise par ailleurs les communautés locales aux risques liés aux eaux usées. Elle leur propose en outre un système de gestion, en collaboration avec les autorités municipales. En fin de compte, les eaux usées retraitées peuvent ainsi être réutilisées pour les cultures maraîchères.

Lire: Nos engagements

3- Transporter les produits commerciaux

Les produits commerciaux sont acheminés par chemin de fer jusqu’à la gare de Mékhé ou une équipe de GCO gère le transport qui se poursuit ensuite vers le port de Dakar. Chaque année, environ  600 000 tonnes d’ilménite sont transportées du site de production dans des wagons-trémies jusqu’à la capitale sénégalaise, puis auprès de nos clients à travers le monde. Quant au zircon, au rutile et au leucoxène, 100 000 tonnes environ sont transportés dans des conteneurs étanches en un an.

GCO peut expédier ses produits commerciaux dans les meilleures conditions en s’appuyant sur d’importantes infrastructures portuaires et de stockage, tel qu’un hangar de 9 200 m² culminant à près de 27 mètres de hauteur destiné au stockage de l’ilménite. De même, un tronçon de 22 kilomètres de rails a été construit pour relier l’usine MSP à la gare de Meckhé – celle-ci est connectée à la ligne de chemin de fer allant jusqu’à Dakar dont GCO s’est vu attribuer en partie la concession par l’Etat.

Le choix s’est porté sur la voie ferrée pour opérer le transport entre la MSP et Dakar (en passant par Mékhé, Tivaouane et Thiès) dès l’origine du projet. Objectif : réduire au minimum les risques d’impacts sur la sécurité des populations. C’est dans ce contexte qu’un programme de modernisation ambitieux a été lancé pour améliorer la sécurité du transport des populations.

Chaîne de valeur / transport